Onanisme

Le terme d'onanisme sert à désigner en français les pratiques de masturbation.



Catégories :

Pratique sexuelle

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • cls : masturbation, crime d'Onan, Tissot, Bekkers, .... turbation, et le terme d'onanisme est devenu synonyme de ce mot [34].... (source : springerlink)
  • L'onanisme est un mot qui est particulièrement peu utiliser dans la langue française aujourd'hui.... première du mot onanisme, le terme " masturbation " ne convient absolument pas.... on se rend compte que l'onanisme est souligné quand " Onan " doit... (source : qctop)
  • 10 messages - 6 auteurs - Dernier message : 27 fév 2008 L'onanisme : plaisir solitaire - L'onanisme est le nom donné à une pratique... Le plus souvent associé à la masturbation, l'onanisme s'en distingue... A la mort de son frère Er, Onan fut obligé par leur père d'épouser, ... (source : forumfr)
Corset contre l'onanisme, vers 1815

Le terme d'onanisme sert à désigner en français les pratiques de masturbation.

Somatisation de la masturbation

Le terme apparaît en langue anglaise dans un pamphlet, publié anonymement vers 1712, Onania; or, The Heinous Sin of Self-Pollution, and all its Frightful Consequences in Both Sexes[1]. Ce texte est actuellement attribué à John Marten (∼1692–1737), un chirurgien britannique.

En français, il est utilisé pour la première fois en 1758, dans un ouvrage de Samuel-Auguste Tissot (1728-1797)  : L'onanisme, essai sur les maladies produites par la masturbation.

C'est par conséquent à l'origine un terme médical, servant à désigner la pathologie associée à la masturbation. Il apparaît exactement au moment où cette pratique commence à être reconnue comme un fléau social et nuisible à la santé.

L'allusion au péché d'Onan

Dans l'ancien testament Onan est un personnage qui, refusant de féconder l'épouse de son défunt frère (comme la tradition l'exigeait), aurait préféré «laisser sa semence se perdre dans la terre». Il est transparent que lorsque Marten utilise le mot onanisme, il fait allusion à ce récit.

Il y est dit que Er et Onan étaient les deux fils de Juda. Er mourut pour avoir été méchant. Le père voulut que son second fils Onan épousât la veuve, selon l'ancienne loi des Égyptiens et des Phéniciens, leurs voisins : cela s'appelait susciter des enfants à son frère. Le premier-né du second mariage porterait le nom du défunt et c'est ce qu'Onan ne voulait pas. Il haïssait la mémoire de son frère ; et pour ne point faire d'enfant qui portât le nom d'Er, il jeta sa semence à terre, enfreignant ainsi la loi du lévirat. Il fut puni de mort par Dieu.

Ce passage de la Bible ne fait par conséquent aucune référence directe à la masturbation, il n'y est par exemple pas dit qu'Onan n'a pas eu de relations sexuelles avec son épouse. Dans la terminologie de l'Église catholique, l'onanisme sert à désigner par conséquence toute éjaculation en-dehors du vagin. Il renvoie surtout au coït interrompu, qui n'est pas une forme de contraception et qui consiste à retirer son pénis du vagin de sa partenaire avant l'éjaculation pour éviter la fécondation. Méthode de contraception au succès incertain.

Bibliographie

Références

  1. Cairn - Comptes rendus

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Onanisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu