Virginité

La virginité sert à désigner l'état d'une personne qui n'a jamais eu de relations sexuelles. Par extension, ce terme sert à désigner pour une personne, un objet ou même une idée le fait de ne pas avoir été utilisé.



Catégories :

Virginité

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Tant qu'il n'est pas rompu, l'hymen fait foi de la virginité de la jeune fille.... fille arrivée non- vierge au mariage, que peut-on savoir de leur virginité à contrario ?... Pour perdre sa virginité est -ce qu'il faut saigner ou non ?... (source : web-libre)

La virginité sert à désigner l'état d'une personne qui n'a jamais eu de relations sexuelles. Par extension, ce terme sert à désigner pour une personne, un objet ou même une idée le fait de ne pas avoir été utilisé.

Les Vierges, tableau de Gustav Klimt, 1913. Dans la Vienne de Freud[1], la transformation de la vierge en femme est un des thèmes de l'érotisme chez Klimt[2].

Notion

Ce concept revêt le plus souvent une très grande importance dans des religions, entre autres le catholicisme, où la virginité perpétuelle de Marie, la mère de Jésus de Nazareth, est membre du dogme. Cependant, depuis le concile Vatican II, les autorités catholiques considèrent que le mot «virginité» se réfère à une «virginité de l'âme», ainsi qu'à une «virginité physique».

Au cours de l'histoire humaine, en particulier avant la naissance des grandes religions - mais toujours actuellement dans les sociétés dites «primitives», la virginité formait le plus souvent un signe d'impopularité : elle y était consacrée à une divinité et la jeune fille devait la perdre avant le mariage ; À l'inverse, dans les cultures plus récentes, en particulier celles où la religion dominante associe le sexe hors mariage au péché, la virginité revêt une connotation particulièrement positive : elle est associée à la propreté[3] et la pureté. Dans ces cultures, la virginité est ainsi rattachée à la notion d'honneur : la non-virginité de la femme avant le mariage y est reconnue comme un déshonneur pour la famille. Dans les sociétés occidentales, ce type de considération tend à disparaître avec l'évolution des mœurs, telles que la libération de la femme et la libéralisation de la sexualité. L'idée de virginité avant le mariage revient cependant dans certains pays ayant une base culturelle ou religieuse propice, comme certains pays d'Afrique.

Hymen et défloration

Articles détaillés : Hymen et Défloration.

La virginité, chez la femme, est habituellement associée à la présence de l'hymen, membrane qui barre de façon incomplète l'entrée du vagin et se rompt lors des premiers rapports sexuels. Cette caractérisation est utilisée, dans certaines cultures, pour des «examens de virginité» dont l'objectif est de prouver qu'une jeune fille est toujours vierge (n'a jamais été pénétrée vaginalement).

La défloration (dite aussi dépucelage), première pénétration vaginale, a été reconnue à travers les temps et les cultures comme un événement important et on l'identifie fréquemment avec l'entrée de la femme déflorée dans la vie conjugale ou au moins comme la fin de son enfance. La rupture de l'hymen peut provoquer certaines pertes sanguines ; dans certaines cultures, on peut exposer le drap taché de sang après la nuit de noces pour prouver que la femme est arrivée vierge au mariage et que le premier rapport sexuel vient d'avoir lieu[4]. Cependant, ces procédés sont douteux physiologiquement : certaines femmes vierges n'ont presque pas d'hymen. D'autres peuvent perdre cet hymen par la pratique de sports tels que l'équitation ou la gymnastique tandis que d'autres doivent recourir à la chirurgie pour ouvrir un hymen trop résistant (scléreux). C'est par conséquent un élément peu fiable de la virginité.

D'autre part certaines pratiques ou opérations chirurgicales peuvent être utilisées pour reconstruire l'hymen ou donner l'impression qu'il est intact, telle l'hyménoplastie. En Allemagne comme en France[5], plusieurs hymenkliniken sont spécialisées dans l'intervention chirurgicale de reconstruction d'hymen. Ce sont fréquemment les jeunes filles issues de l'immigration musulmane[6]) qui y ont recours pour échapper aux représailles de la famille que pourrait causer une défloration trop précoce.

Dans certaines cultures, la défloration était reconnue comme dangereuse pour l'homme. Pour cette raison c'était fréquemment la femme elle-même qui s'en chargeait avec un instrument de défloration, ou on confiait ce soin à un homme âgé, fréquemment le chef de tribu[7].

Prix de la virginité

La virginité, ou plus précisément le droit à prendre la virginité, est quelquefois acquise et monnayée, comme un bien.

A titre d'exemple, chez les geishas, la vente de ce premier accès est appelé le mizuage. Le droit de cuissage, droit du seigneur local à prendre la femme d'un de ses sujets la première nuit suivant leur mariage, aurait pu être abandonné contre une somme d'argent (mais le droit de cuissage généralement apparaît comme étant certainement une légende).

On aurait pu croire que de telles pratiques sont des souvenirs lointains dans les pays affectés par la révolution sexuelle. Pourtant, en 2008, l'animateur de radio américain Howard Stern a lancé une annonce selon laquelle une étudiante sous pseudonyme annonçant qu'elle mettait aux enchères le droit de lui prendre sa virginité pour financer ses études, précisant qu'elle était prête à subir un examen gynécologique pour prouver qu'elle est vierge, quoiqu'ayant déjà pratiqué des préliminaires[8].

Dans certains pays, jusqu'au milieu du XXe siècle, si un homme n'épousait pas une femme dont il avait pris la virginité, la femme était autorisée à le poursuivre en justice ainsi qu'à réclamer dommages-intérêts, pratique du Kranzgeld[9].

Symbolique

En Occident, lors de la cérémonie du mariage, les mariées portent une robe blanche et un voile blanc, reconnus comme un symbole de virginité. Néanmoins, le port du blanc est un phénomène récent, les mariées portant jusque là une robe à leur goût et non particulièrement blanche (par exemple, les femmes modestes n'avaient qu'une seule'robe du dimanche', fréquemment noire, qu'elles ne portaient que pour les fêtes). Porter du blanc n'est devenu une mode, puis une tradition, qu'au cours du XIXe siècle.

La fleur d'oranger, donnée comme symbole de virginité, est utilisée dès 1860 dans la confection de couronnes et de bouquets de mariée mais aussi pour le «bouquet de virginité» du mari porté au revers de son costume[10].

La licorne est aussi un symbole de virginité physique. Dans l'iconographie chrétienne, elle représente la Vierge fécondée par l'Esprit Saint. Dans les conceptions médiévales de l'amour courtois, la licorne est douée du mystérieux pouvoir de déceler l'impur[11].

Critères de virginité

Le thème de la virginité a attiré particulièrement tôt l'attention des premiers chirurgiens. En 1598, Séverin Pineau fait paraître quelques années après la mort d'Ambroise Paré un ouvrage sur la virginité et la défloration. Il affirme qu'une femme est vierge quand son cou peut être embrassé par un fil qui s'étendrait de la pointe du nez à la réunion des sutures sagittale et lambdoïde (en arrière du crâne) .

Les filles, contrairement aux garçons, ont une membrane qui marque généralement (les multiples cas de non-fiabilité sont évoqués plus bas) physiquement si elles ont déjà eu un rapport sexuel, l'hymen. L'utilisation d'un tel test est jugé discriminatoire puisque n'existant que pour un seul sexe. Certains utilisent la présence de l'hymen comme définition de la virginité[12], allant jusqu'à appeler vierge une fille dont l'hymen a été reconstitué chirurgicalement tandis qu'il avait été rompu par un rapport sexuel[5]. Si on définit la virginité comme l'absence de rapports sexuels, la présence de l'hymen n'est qu'une propriété qui coïncide fréquemment, pas une définition alternative envisageable.

Cette pratique d'authentification de la virginité se heurte à des questions d'ordre éthique, ainsi qu'à un problème médical. En effet, l'ensemble des études confirment l'extrême difficulté de certifier l'absence ou la présence d'une sexualité prénuptiale, même en cas de rupture évidente de l'hymen. Une importante proportion de cliniciens ne sont pas en mesure de décider si une déchirure partielle de l'hymen est corrélée avec une activité sexuelle ou pas. Les études montrent que l'altération la plus fréquente de l'hymen après une pénétration vaginale est une rupture partielle du bord libre, tandis qu'une rupture totale est exceptionnelle. Le premier rapport sexuel n'entraîne pas, de façon systématique, la rupture et le saignement de l'hymen.

La non-fiabilité de l'hymen comme marqueur de la pénétration

Certaines gymnastes brisent leur hymen par des activités non sexuelles. Au contraire, il existe des cas où l'hymen est assez souple pour rester intact après pénétration. Enfin, il est envisageable de réparer chirurgicalement un hymen brisé[13].

La pertinence de la pénétration comme rapport sexuel

Même en supposant pour l'hymen une fiabilité absolue, ce critère n'est pas nécessairement déterminant pour les filles. Par exemple la présence de l'hymen comme critère de virginité amène à considérer comme vierge une fille ayant eu des rapports avec sodomie mais dont l'hymen est intact, tandis qu'une autre n'ayant eu de rapport sexuel avec aucun individu mais pratiquant la masturbation serait dite non vierge si elle a ainsi rompu son hymen.

On peut définir une personne vierge comme une personne n'ayant jamais eu de rapport sexuel. Cette définition présente qui plus est l'avantage de s'appliquer aux deux sexes, mais n'est plus vérifiable physiquement. Au contraire, l'utilisation de l'hymen comme critère a été dénoncé comme discriminant pour les femmes, seules à pouvoir subir un examen de virginité[14].

Cependant, on a montré que les définitions du rapport sexuels peuvent être assez variées pour que de nombreux actes soient tantôt inclus, tantôt exclus[15].

Un sondage chez les adolescents américains montre que 2 % s'estiment non vierge après un baiser profond, 15 % s'ils touchent les parties génitales d'autrui ou inversement, 40 % s'ils sont impliqués dans un acte de sexe oral, 99, 5 % après un coït (les questions sont de type oui/non, ceux qui indiquent le baiser comme perte de virginité peuvent aussi indiquer les autres) [16].

Dans l'article présentant ce sondage, USA Today titrait que les adolescents avaient assimilé la «virginité technique». Cette notion est en effet la définition la plus restreinte de la perte de virginité : la pénétration d'un pénis dans une vulve. Cette notion avait été popularisée par la présentatrice américaine Melanie Martinez, dans des vidéos qui se trouvaient sur le site TechnicalVirgin. com. Ces vidéos parodiaient les publicités puritaines encourageant les jeunes à l'abstinence avant le mariage. Dans J'ai un avenir Martinez expliquait qu'à l'âge des études, une fille devait prendre ses précautions pour éviter de gâcher ses chances en se retrouvant enceinte, et concluait en disant qu'elle s'en tenait au sexe anal. Dans Les garçons peuvent attendre, sa mère la dissuade de s'offrir à un garçon qui ne serait finalement pas le bon, et finalement lui offre un sex-toy pour qu'elle n'ait pas envie de rapports sexuels. Le nom de domaine indique qu'une fille qui adopterait ces pratiques serait «techniquement» toujours vierge.

À l'opposé, les chrétiens les plus conservateurs défendent une idée de pureté selon laquelle il est important de rester vierge avant le mariage, avec une définition particulièrement rigoureuse de la virginité : même les simples baisers sont découragés, reconnus comme une étape menant à des activités plus explicitement sexuelles[17].

La question de la pleine conscience de la sexualité

On peut ainsi défendre une idée de la virginité sur des critères non physiques, mais moraux.

La chanteuse Britney Spears clamait publiquement sa volonté de rester vierge avant le mariage. Des médias d'information aux jeunes répliquèrent qu'il est douteux qu'on puisse se dire vierge sous prétexte qu'on n'a pas eu de relations sexuelles lorsque on se donne en spectacle public avec des vêtements d'un esthétique érotique[18].

Réciproquement Saint Augustin précisa que le consentement est indispensable pour perdre la virginité[19], c'est à dire un viol ne retire pas la virginité.

On peut ainsi définir la virginité comme résultant, non d'un contact physique, mais d'un choix. Cela amène à considérer qu'on ne perd sa virginité qu'à l'issue d'un rapport sexuel avec pleine prise de conscience de l'acte[20].

Examens de virginité

Comme on l'a vu, la virginité ne peut être prouvée à proprement parler. C'est la présence de l'hymen qui est vérifiée.

Historiquement, Jeanne d'Arc a subi deux examens de virginité, et dans les deux cas a été déclaré vierge. Elle était d'ailleurs surnommée «la Pucelle d'Orléans».

Actuellement, certaines filles ont recours à un médecin, gynécologue ou généraliste, pour obtenir un certificat de virginité avant leur mariage, pour des raisons culturelles. Après un examen, le praticien délivre un certificat à la fille attestant qu'elle est supposée être vierge. En France, le conseil de l'Ordre des médecins s'oppose à ce qu'un tel certificat soit délivré pour des raisons de pressions familiales[21]. Le collège des gynécologues reprend les mêmes conseils, et rappelle que le médecin qui délivrerait un certificat de virginité dans l'intérêt de la femme le demandant mais sans avoir pratiqué d'examen ou tandis que l'examen a conclu dans le sens contraire, commet un faux susceptible de poursuites[22].

En revanche, ce certificat peut être délivré à une femme souhaitant faire constater sa virginité afin d'obtenir une annulation de mariage au motif de l'impuissance de son mari. Un examen peut aussi être pratiqué dans le cas d'une femme souhaitant faire constater qu'elle a subi des violences sexuelles, mais dans ce cas il s'agit plutôt de constater un rapport sexuel récent.

L'examen se fait le plus souvent par observation directe de l'entrée du vagin. Le médecin donne en outre une petite description du type d'hymen observé (élastique, fin ou particulièrement fin, souple, etc. ).

Théorie de l'imprégnation

La progression des connaissances en génétique est probablement aussi une des causes de la diminution de l'importance de la virginité : au début du XXe siècle, la théorie de l'imprégnation, ou «télégonie», selon laquelle la première expérience sexuelle pouvait avoir un effet sur la descendance, était toujours particulièrement répandue. L'écrivain Victor Margueritte en fait mention dans son roman La Garçonne.

Notes et références

  1. Gilles Néret, Gustav Klimt, Gustav Klimt, 1862-1918, Taschen, 2000, p. 7-9
  2. Sujet du tableau Die Jungfrau de Klimt sur talariænterprises. com (consulté le 23 juin 2009).
  3. «L'amour d'une vierge est aussi assommant qu'un appartement neuf. Il semble qu'on essuie les plâtres. Il est vrai qu'on n'a pas à redouter les germes maladifs, pestilentiels, d'un autre locataire». Jules Renard - Journal
  4. Cependant, cette'tradition'n'a aucune source religieuse (voire, interdite) dans l'islam et tend à disparaître ou à se restreindre au cercle familial.
  5. ab Vierges à tout prix
  6. Certifiées Vierges
    • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu d'une traduction de l'article de Wikipédia en allemand intitulé «Defloration».
  7. Une jeune femme met en vente sa virginité à la radio
  8. Brockhaus 2004, Kranzgeld
  9. L'amour sous verre : la totalité du texte
  10. Bestiaires du Moyen Âge, Gabriel BIANCIOTTO, 1995, Stock, (ISBN 2-234-04499-5) .
  11. La virginité - Fil Santé Jeunes - 0 800 235 236 Anonyme et Gratuit
  12. L'hymen - Fil Santé Jeunes
  13. Les politiques indignés par l'annulation d'un mariage à Lille
  14. Perjury about sexual relations from the Paula Jones deposition
  15. (en) USATODAY. com - 'Technical virginity'becomes part of teens'equation
  16. (en) Sexual Purity, Premarital Sex and Abstinence
  17. Pourquoi vouloir rester vierge ? - Fil Santé Jeunes - 0 800 235 236 Anonyme et Gratuit
  18. Vierge et virginité : définitions - Réseau informations médicales en sexologie
  19. La virginité - Fil Santé Jeunes
  20. Comment réagir en cas de demande de certificat de constatation de virginité ?
  21. Faut-il faire des certificats de virginité ?[pdf]

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Virginit%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu